Logo Interactive Brokers


Chapitre 1 — Pourquoi choisir Interactive Brokers comme plateforme de courtage en ligne ?

A mes débuts j'utisais Swissquote comme beaucoup de suisses car je ne comprenais pas ce monde du courtage. Je pensais que pour boursicoter depuis la Suisse, il fallait passer par une société de courtage en Suisse.

Mais au final, ce qui compte, c'est d'avoir une société de courtage qui puisse accéder aux bourses sur lesquelles sont échangés les titres (actions, ETFs, obligations, etc.) que tu souhaites acheter.

Imagine que tu veuilles acquérir mon ETF favori VT. Comme indiqué sur le site de Vanguard, cet ETF VT est listé sur la bourse de New-York (nom de code : NYSE Arca) afin d'y être échangé entre les gens (i.e. acheté ou vendu). Du coup, si la société de courtage que tu utilises ne te permet pas d'accéder au NYSE Arca, alors tu ne peux pas acheter/vendre l'ETF VT. Assez simple non ?

Quand j'ai compris que je n'étais pas limité aux sociétés de courtage suisses, j'ai commencé à me documenter et à discuter avec des amis à propos des alternatives. Plusieurs personnes (dont mon ami Mr. RIP) m'ont conseillé de regarder Interactive Brokers.

Pour rappel, voici les critères que j'utilise pour choisir ma société de courtage :

  1. Accessibilité en tant que résident suisse
  2. Stable et durable dans le temps
  3. Protection de mes titres
  4. Accès aux marchés internationaux
  5. Disponibilité des produits
  6. Outils à disposition
  7. Frais (le meilleur pour la fin :))

Et voici la manière dont Interactive Brokers répond à chacun des points :

1. Société de courtage en ligne accessible en tant que résident suisse

Comparé à d'autres plateformes intéressantes mais souvent réservées aux résidents US, Interactive Brokers est disponible pour les suisses.

Et aussi quelque chose d'intéressant auquel je ne prête peu attention car souvent cette information n'est pas disponible sur les sites : Interactive Brokers possède trois points de contact pour la Suisse (je réalise maintenant que ce sont des points de contact institutionnels... mais soit — idéalement tu ne les contacte qu'au début, puis ensuite tu passes par la messagerie du service clientèle, tout aussi efficiente). Et quand je dis points de contact, je parle de personnes réelles.

Pour ma part, ma personne de référence est Corinne Nabholz.

J'ai eu contact avec elle en 2016 pour des questions lors de l'ouverture de mon compte. Elle m'a toujours répondu très rapidement et efficacement. Et en 2019, c'est toujours elle ma référente. Ce qui prouve qu'ils n'ont pas un turnover de dingue dans leur staff, et démontre donc une certaine stabilité de la société.

Mme Nabholz est chez Interactive Brokers depuis 2002. Pour de la stabilité, c'est pas si pire :)

Si tu la contactes pour des questions avant d'ouvrir ton propre compte chez Interactive Brokers, passe-lui le bonjour de la part de Marc de Mustachian Post :)
Autre alternative : envoie-moi directement tes questions par email ou via les réseaux sociaux pour que je t'y réponde.

2. Société de courtage en ligne stable et durable dans le temps

Le truc que tu ne souhaites pas voir arriver, c'est que ta société de courtage en ligne fasse faillite. Alors certes, il existe des protections à ce sujet (cf. point suivant), mais ça t'engendrerait pas mal de soucis niveau administratif.

Comme on l'a vu, IB existe depuis 1978 (depuis 1994 sous le nom Interactive Brokers). C'est déjà une preuve de stabilité de les voir encore là aujourd'hui, surtout avec les années 2000 qui a fait fermer plus d'une boîte n'ayant pas été capable de prendre le virage informatique.

Un autre point intéressant (que je regarde aussi quand j'investis en bourse dans la valeur) est que le fondateur et CEO Thomas Peterffy est toujours à la tête d'Interactive Brokers à 74 ans (année à laquelle j'écris cette ligne, aka 2019). Et, autre point encore plus intéressant : il détient 75% des parts de sa société ! Du coup, il a tout intérêt à conserver sa vision à long terme pour IB au vu de sa fortune personnelle représentée par ses seules actions.

Ce qui nous amène au point suivant : c'est que la maison mère d'Interactive Brokers est côté publiquement en bourse. Et que depuis son introduction sur le marché en 2007, sa valeur a quasiment doublée avec certains hauts et bas, mais le trend est plutôt dans le bon sens. Ce qui démontre une certaine stabilité et perrenité de l'entreprise.

Un autre point intéressant est la notation financière effectuée par l'agence de notation renommée "Standard & Poor's". Pour rappel, leur notation financière va du meilleur AAA au plus mauvais D. Si ta société est bien notée alors ça veut dire que tes perspectives de remboursement de tes engagements envers des créanciers — fournisseurs, banques, détenteurs d’obligations, etc. — est très bonne.

Je t'ai mis ci-dessous le résumé du rapport avec la traduction en dessous :

Notation financière d'Interactive Brokers Group BBB+ par l'agence Standard & Poor's

Points forts :

  • Très forte capitalisation
  • Activité de courtage en croissance, géographiquement diversifiée et à faible coût
  • Un appétit modéré pour le risque

Faiblesses :

  • Risque opérationnel du groupe consolidé découlant de l'activité complexe de la tenue de marché
  • Revenus récurrents inférieurs à ceux de certains de leurs pairs dans le courtage en ligne
  • Sensibilité à l'évolution de la confiance des clients envers les courtiers

Comme le décrit bien le rapport Standard & Poor's (disponible sur cette page mais qu'en anglais), la notation pourrait passer dans la catégorie supérieure A sur les 12-24 prochains mois si IB continue de diversifier sa clientèle (ce qui la rendrait encore plus stable).

Ce qui tombe bien puisque c'est ce qu'elle fait actuellement, avec par exemple la récente annonce de la suppression du montant minimum de USD 10'000 pour ouvrir un compte afin d'attirer encore plus les investisseurs comme toi et moi (i.e. les gens qui ne se baignent pas tous les matins dans une piscine de CHF ^^).

Enfin, Interactive Brokers est dans le top classement Barron's (magazine financier très respecté) pour la neuvième année consécutive en 2019. Notre courtier favori n'est pas arrivé là par hasard dans un classement aussi réputé.

Award 2019 Barron's pour Interactive Brokers

3. Protection de tes titres et de ton cash

Comme je disais dans le point précédent, même si ta société de courtage en ligne est la plus réputée au monde, tu veux quand même que des tes avoirs (ETFs, actions, obligations, cash, etc.) soient protégés la moindre en cas de faillite.

Si jamais Interactive Brokers venait à être en défaut (i.e. qu'ils perdent de quelconque manière les actions ou ETFs que tu "stockais" chez eux), alors tes titres sont protégés à hauteur de USD 500'000 maximum, dont USD 250'000 au plus pour le cash. Cette protection est assurée par le SPIC (signifiant "Securities Investor Protection Corporation"), qui est une société à but non-lucratif fondée par des négociateurs-courtiers membres de la SPIC.
Pour te rassurer que tout ce blabla n'est pas réservé uniquement aux résidents US, j'ai creusé le sujet et c'est bien expliqué sur le site de SPIC au niveau de qui est protégé :

Un citoyen non-américain ayant un compte dans une société de courtage qui est membre de SIPC est traité de la même façon qu'un résident ou un citoyen des États-Unis ayant un compte dans une société de courtage membre de SIPC. https://www.sipc.org/for-investors/what-sipc-protects

4. Accès aux marchés internationaux

Lorsque tu investis, tu achètes un ETF ou action d'une société qui est listé sur un marché spécifique.

Si on prend l'exemple de mon ETF préféré, le VT de Vanguard (VT est le nom raccourci, le nom long étant : Vanguard Total World Stock ETF), ce dernier est listé — et donc échangeable — sur le marché NYSE Arca (aka la bourse de New-York).
Bien que rare, mais imagine que tu utilises un courtier en ligne qui n'a pas accès à ce marché, et bien tu ne pourrais pas acheter cet ETF VT.

Je vais te donner un autre exemple plus réaliste : depuis début 2019, j'ai commencé avec l'investissement dans la valeur ("value investing" en anglais) et à cette période, il y avait beaucoup de pépites au Japon. Vu la taille du pays, le Pays du Soleil levant ne possède qu'une place boursière qui est la bourse de Tokyo. Avec Interactive Brokers, aucun soucis, j'y ai accès et ai pu y faire mes soldes tranquillement :)
Par contre si je n'avais eu que CornèrTrader, je n'y aurai tout simplement pas eu accès.

Donc gros avantage sur ce point pour Interactive Brokers avec son accès à 125 marchés répartis sur 31 pays (liste complète ici sur leur site).

5. Disponibilité des produits

Alors sur ce point, je vais être honnête : je n'ai tradé jusqu'à aujourd'hui que des ETFs et des actions en bourse. Pas de produits dérivés, ni d'options, ni de futures.
Donc forcément je n'ai jamais été limité. Mais de par tout ce que j'ai lu sur de nombreux blogs et forums, je n'ai jamais vu quelqu'un être limité en type de produits par Interactive Brokers.

Un autre point à l'avantage d'Interactive Brokers est qu'ils semblent plus granulaires quant à leur gestion des lois des différents pays.

En 2019, le nouveau règlement européen PRIIPs ("Packaged Retail Investment and Insurance-based Products" en anglais) est entré en vigueur pour imposer aux initiateurs de fonds (tel Vanguard avec l'ETF VT) de fournir un "document clé d'information investisseur" ("KIID" en anglais) qui se conforme aux standards européens.

Vanguard vendant le plus aux US, ils ont décidé de ne pas s'y conformer. Du coup, légalement, les courtiers en ligne européens ne pouvaient plus proposer leurs produits aux investisseurs européens.

Sauf que la Suisse ne fait pas partie de l'Europe et aura son propre jeu de lois à partir de janvier 2020 (appelées FinSA et FinIA). Et bien Degiro qui est un courtier en ligne leader en Europe a tout simplement interdit l'accès aux investisseurs suisses également, afin de simplifier leur gestion de la régulation pour tous les pays où ils sont présents. Chose qu'Interactive Brokers n'a pas fait, en permettant aux investisseurs suisses de toujours pouvoir tradé des ETFs américains jusqu'à ce que la loi suisse entre en vigueur.

6. Outils à disposition

Un autre critère important pour moi est les outils que met à disposition la plateforme de courtage en ligne que je choisis. J'entends par outils autant ce qui permet de rechercher, acheter, ou vendre des titres, que ce qui permet d'analyser mon portefeuille ou de récupérer des infos pour mes impôts.

Niveau recherche, achat, et vente, je m'attends à avoir au moins une plateforme web et une mobile.

C'est très personnel mais ça s'explique car niveau recherche et achat, je le fais ça depuis mon laptop car c'est plus facile d'y lire les rapports annuels et autres analyses de société.

Idem pour ce qui est analyse de performance de portefeuille ou récupération d'infos pour les impôts ou pour synchroniser/réconcilier mes données avec mon suivi budgétaire dans YNAB.

Et je me sers de l'app mobile pour de la pure consultation, ou pour acheter un titre qui est vraiment en solde à un moment T.

Interactive Brokers te propose beaucoup plus de plateformes que nécessaire pour construire ta fortune en tant qu'investisseur suisse

Et du coup, IB répond à tous ces critères avec :

  • Une plateforme web centralisée (appelée "Portail client") pour acheter, vendre, analyser ses rapports de performances, et encore bien d'autres choses (c'est un grand pas en avant comparé à 2016 où c'était plus complexe avec un accès séparé entre achat/vente de titres et un gestion de compte)
  • Une application desktop appelée "TWS" (pour Trader Workstation) qui s'installe sur Windows, Mac, ou encore Linux. Elle possède tous les outils d'analyses avancés d'IB (comparé à la version web), que je n'utilise personnellement jamais :)
  • Une application mobile unique appelée "IBKR", qui sert d'app de consultation et de trading ainsi que d'outil de login à double-facteur d'authentification

Donc en gros, Interactive Brokers répond parfaitement à mes besoins. Je ne détaille pas chacune des plateformes car ce sera le sujet des chapitres suivants.

7. Frais

Ah les frais. Je les ai gardé pour la fin car c'est l'un des éléments clés. Si tous les autres critères étaient au vert mais celui-ci au rouge, alors ça remettrait totalement en question mon choix.

Et je peux te dire dès maintenant qu'Interactive Brokers envoie du lourd à ce sujet (c'est pas mon broker préféré pour rien depuis 2016 :)).

Comme expliqué en détails dans mon comparatif du meilleur courtier pour investisseur suisse, les frais peuvent vite manger une grosse partie de tes gains. Et il y a passablement d'options pour les courtiers de te faire passer à la caisse.

Afin d'évaluer globalement une plateforme de courtage en ligne, il faut regarder les frais suivants :

  • Frais de garde : ce sont des frais ponctionnés par la boîte de courtage pour "héberger" tes titres chez eux (plutôt que dans ton coffre fort). Des fois ils sont aussi appelés frais de gestion ("management fees" en anglais) ou de frais de "tenue de compte" (et ils englobent les frais de garde)
  • Frais de transaction : c'est le second poste nécessaire aux sociétés de courtage pour qu'elles puissent vivre, et ça consiste à prendre une commission sur les transactions d'achat et de vente que tu effectues
  • Frais de change : commission prise sur tes changements de devises
  • Frais d'ouverture de compte
  • Frais de clôture au cas où tu doives changer un jour de broker (comme j'ai fais moi de Swissquote pour Interactive Brokers)
  • Frais de virement entrant (pour alimenter ton compte)
  • Frais de virement sortant (pour profiter de ton cash en le virant chez ta banque suisse préférée — Zak dans mon cas)

Frais de garde
Ils appellent ça frais d'activité. Si tu as plus de USD 100'000 en gestion chez IB, alors tu n'as aucun frais d'activité. Si tu as moins, mais que tu as plus de USD 10 de frais de transaction par mois, alors tu ne paies pas de frais d'activité. Sinon, tu paies USD 10 de frais d'inactivité. Tout est expliqué en détails, et en français, sur cette page de tarification d'Interactive Brokers.

Ci-dessous l'exemple concret avec mon compte IB :

Je n'ai commencé à payer mes frais que lorsque j'ai acheté mes premiers ETFs (début 2017) : USD 10 par mois car je n'avais pas encore plus de USD 100'000 en gestion chez Interactive Brokers en 2017, ni plus de USD 10 de frais de transaction

Les mois où je n'ai pas payé de frais d'activité (janvier, avril, juillet, et octobre 2018), c'est parce que mes frais de transaction étaient plus haut que USD 10/mois. Puis dès novembre 2018, c'est parce que j'avais enfin atteint les USD 100'000 sous gestion chez Interactive Brokers

Du coup en 2019 je n'ai pas de captures d'écran car je n'ai plus de frais d'activité :)

Frais de transaction
IB est ultra-agressif en étant 83% plus bas que ses concurrents !

Personnellement je ne m'intéresse qu'aux actions et ETFs.

IB propose deux types de structure tarifaire de commissions : fixe et dégressif.

En mode fixe, pour les US, on est sur USD 1 minimum, et maximum 1.0% de la valeur de la transaction. En Suisse, c'est du 0.1% de la valeur de la transaction avec un minimum de CHF 10. Et un autre exemple avec le Japon : 0.08% de la valeur de la transaction avec un minimum de 80 JPY (environ CHF 0.75).

Tu trouves tous les détails sur cette page récapitulative des commissions d'Interactive Brokers.

Le plan dégressif (décrit dans le lien précédent) est plus complexe à comprendre car il prend plusieurs variables en conséquence. Je ne l'avais jamais considéré jusqu'aujourd'hui (merci au lecteur Alberto!) vu que je n'investissais qu'une fois par trimestre (ça change actuellement avec mon passage au "value investing"). A tort !

Car pour les US, on passe à USD 0.35 minimum.
En Suisse, c'est "CHF 1.5 + 0.015% de la transaction" pour les frais d'achat + CHF 0.55 de frais de compensation + CHF 1 de frais de rapport. Donc par exemple avec un achat pour CHF 1'000 d'ETF suisse, ça nous fait CHF 1.5 + 1'000*0.015% + CHF 0.55 + CHF 1 = CHF 3.20 au lieu de CHF 10 en tarification fixe.
Et pour le Japon, on passe à 0.05% de la valeur de la transaction, auquel on doit ensuite rajouter 0.002% de frais d'achat + "JPY 2.95 + 0.0004%" de frais de compensation. Ce qui fait de nouveau des économies comparés aux 0.08% de frais fixe.

Fais tes propres calculs selon comment tu investis, mais en ce qui me concerne je viens de passer au plan dégressif après l'écriture de ce paragraphe :

Structure tarifaire de commissions sur Interactive Brokers

Changement de structure tarifaire de commissions sur Interactive Brokers : passage de fixe à dégressif

Dans la réalité, ça donne quelque chose comme ça avec mon compte Interactive Brokers :

En 2016, aucune transaction donc pas de frais de transaction (donc pas de capture d'écran). Et en 2017, CHF 3.54 de frais de transaction pour environ CHF 40'000 d'achat d'ETF VT. J'adore !

J'ai acheté l'ETF VWRL via la bourse suisse en 2018, ce qui impliqué plus de frais (0.01%, avec un minimum de CHF 10) que les USD 1/transaction pour l'ETF VT :)

2019, l'année de mes débuts en investissement dans la valeur — plus d'infos à ce sujet dans une future série de blogposts

Frais de change
Comme on discutait plus haut, c'est assez régulier de devoir changer du cash en autre devise pour acheter certains ETFs ou actions.

Les frais de change chez Interactive Brokers sont équivalents au montant de la transaction x 0.00002, avec un minimum de USD 2.

L'autre point critique comparé aux autres institutions financières (banque, bureau de change), c'est qu'Interactive Brokers utilise le taux de change interbancaire en temps réel (i.e. le taux auquel les banques s'échangent de l'argent, que tu peux trouver sur Google avec cette recherche par exemple) sans y ajouter aucun différentiel de prix dissimulé, ni de majoration de prix, ni d'autre commission cachée.

C'est le moyen d'échanger des francs suisses vers toutes autres devises le moins cher que je connaisse. Je l'utilise pour tous mes besoins en change, comme par exemple quand j'ai dû payer 15'000€ de frais de notaire pour acquérir mon premier immeuble de rendement en France.

CHF 5.93 de frais de change pour environ CHF 40'000 d'emplettes :)

Quelques besoins en FOREX en 2018, pour moins de CHF 5 !

Bienvenue au Canada, en France, au Japon, et aux US :) Qui dit investissement de la valeur, dit aussi un peu plus de frais de transaction pour le change. Car si tu es ouvert au monde entier, alors il y a des pépites un peu partout

Frais d'ouverture de compte
CHF 0 (ça serait un comble dans un domaine aussi compétitif que le trading en ligne :)).

Frais de clôture
CHF 0.

Frais de virement entrant
CHF 0.

Frais de virement sortant
Tu peux retirer du cash de ton compte Interactive Brokers par virement de manière gratuite une fois par mois calendaire.
Si tu en veux plus, tu dois payer USD 10 par virement si tu retires des USD, sinon CHF 11 pour retirer des CHF, ou encore 8€ pour retirer des euros.

Tous les détails des frais de retrait sortant de cash d'Interactive Brokers se trouvent sur cette page de leur site.

Donc niveau frais : Interactive Brokers est le meilleur courtier en ligne pour un investisseur suisse qui vise d'avoir minimum CHF 100'000 d'investis chez eux.

Conclusion

Pour résumer, j'ai choisi Interactive Brokers en raison de sa réputation, de sa stabilité, de son management, et surtout de ses frais les moins chers pour une plateforme de courtage en ligne.

C'est ma plateforme de choix depuis 2016 et je t'indiquerai par blogpost (tu peux t'inscrire à la newsletter pour ne rien rater) à l'instant même où j'ouvrirai un compte ailleurs. Mais ce n'est pas demain la veille avec la situation actuelle.

Si tu comprends les avantages de choisir Interactive Brokers plutôt que de rester cloisonné avec les solutions helvétiques plus chères, alors tu n'as qu'à aller au chapitre suivant où je te décris pas à pas comment ouvrir un compte chez Interactive Brokers.


NEWSLETTER EMAIL

Rejoins les 2'851 abonnés, et reçois les nouveaux articles directement dans ta boîte mail !