Retour d'expérience FIRE en Suisse de Dror Allouche après 1 an

Dernière mise à jour: December 30, 2022

Ton histoire share post
Featured Image

En m’approchant chaque jour un peu plus vers le jour J de mon indépendance financière en Suisse, je me rends compte à quel point la psychologie est un élément sous-estimé de la communauté FIRE.

Les chiffres, les budgets, les investissements, les calculs de rendement, etc. Tout ça, c’est la partie la plus facile, car c’est rationnel.

Mais la psychologie, le sentiment de quitter la famille du travail, se demander comment son entourage va réagir, que vont penser “les autres”, etc. Ça, c’est le plus compliqué, car c’est du pur émotionnel.

Alors quand je croise quelqu’un qui a osé franchir le cap de devenir FIRE, qui plus est en Suisse, tu peux imaginer comment son histoire m’intéresse ;)

Dror Allouche, FIRE à 46 ans

Dror Allouche a eu une carrière dans les ventes pendant 23 ans. Il a toujours su qu’il s’arrêterait de travailler à 40 ans. Avec 6 ans de “retard”, il a sauté le pas et est devenu FIRE en Suisse. Depuis 1 an, il jongle entre le plaisir de cette liberté financière et les doutes qu’elle amène.

Dror Allouche, FIRE à 46 ans

J’ai rencontré Dror via le blog (encore une bonne raison pour toi d’en démarrer un!)

On a sympathisé car on a quelques points en commun notamment notre domaine professionnel et la tranche d’âge de nos enfants.

Quand il m’a proposé il y a une année de partager son expérience sur le blog, je lui ai dit que ça m’intéressait, mais plutôt après 6 mois voire une année. Mon but étant d’avoir du concret, du vécu.

Nous voilà donc fin 2022, tout pile une année après le début de sa retraite anticipée.

Et il nous fait le plaisir aujourd’hui de partager son retour d’expérience FIRE en 6 points.

Je te passe le clavier Dror :)


Ça y est. Voici un an que j’ai adopté mon nouveau style de vie et embrassé l’indépendance financière.

En novembre 2021, j’ai quitté ma carrière “corporate” avec l’idée de vivre de mes investissements en Suisse, en suivant la méthode FIRE classique. Mes dépenses annuelles multipliées par 25, investies majoritairement sur un fond mondial (ETF) qui réplique l’indice du marché.

J’ai appris différentes choses résumées en 6 points ci-dessous.

1 — Calme

Le calme selon Dror (photo par Hasmik Ghazaryan Olson de Unsplash)

Investir sur les marchés de manière passive est un exercice de calme mental. Il faut être capable de continuer, voir augmenter ses investissements quand tout va mal. J’ai appris à le faire pendant 20 ans et ça été une de mes clés de réussite.

Mais vivre de ses investissements est une compétence différente, plus complexe. On aime être en contrôle. Dans la première partie, j’intervenais en augmentant mes investissements quand les marchés baissaient.

Dans ma nouvelle vie, je n’ai même plus cet outil 😀.

Et quand les marchés baissent (une grande partie de cette dernière année) et que vos dépenses continuent, c’est un autre niveau de calme que vous devez atteindre.

Alors si vous rêvez de cette vie, assurez-vous de travailler cette compétence.

2 — Créativité

La créativité (photo par Alice Dietrich de Unsplash)

Il y a un lien entre créativité et temps de qualité. Si votre agenda est très rempli, vous étouffez votre créativité.

Si vous avez du temps de qualité (rendez-vous avec vous-même), elle se développe naturellement.

Ne vous demandez pas si vous êtes créatif, créer les conditions pour la laisser s’exprimer.

Dans le mouvement FIRE, il y a deux grandes parties (Financial Independance/Retire Early), j’ai bien réfléchi à la deuxième partie, et je pense que…(attention: affront au mouvement 😀)

3 — Je travaillerai jusqu’à mon dernier jour

C’est devenu une évidence…

J’ai quitté une carrière “corporate” et j’en embrasse une nouvelle de “solopreneur”.

J’ai toujours été attiré par l’indépendance financière pour ce qu’elle offre “la liberté de faire ce que je souhaite sans pression financière”, mais je ne suis pas/plus attiré par la partie retraite pure.

Il n’existe pas de solutions miracle pour tout le monde. Les choix sont individuels et situationnels. Ce n’est pas soit cela, soit cela… Ça peut être aussi un tout, à différents moments de sa vie.

J’ai aimé ma carrière d’exécutive jusqu’au dernier jour. J’ai fait des rencontres exceptionnelles, appris énormément, et me suis développé… Mais je ne me voyais pas continuer encore 20 ans.

Et c’est ici que l’indépendance financière entre en jeu.

Si je n’avais pas de sécurité, j’aurais sauté sur le premier job.

L’indépendance financière m’a permis de créer un contexte pour libérer ma créativité.

En le faisant, j’ai trouvé ce qui me fait vibrer et qui risque de le faire jusqu’à mon dernier jour.

Chercher à devenir la meilleure version de moi-même et aider les gens qui partagent cette envie.

L’écriture et le coaching sont mes véhicules.

Ils m’épanouissent intellectuellement et me font rencontrer des gens incroyables.

Ajoutez l’autonomie et la liberté. Je gère mon agenda et les gens avec qui je travaille.

Vu comme cela, pourquoi arrêter ?

Malgré ces avantages, je conserve bien en tête le point suivant.

4 — Equilibre travail et vie perso

En créant récemment mon entreprise de coaching, j’ai été très intentionnel et mis en place quelques principes tel:

Et là encore, ma vision sur ce point a évolué (décidément 😀).

Ma vie devient un tout entre personnel et professionnel. Je fais (majoritairement) des choses qui me plaisent. J’ai beaucoup d’opportunité de maximiser le temps avec les gens que j’aime.

Alors si j’ai besoin de sprinter pour lancer une nouvelle offre (ce que je fais actuellement), je me l’autorise. Je crée un déséquilibre que je compense ensuite par une phase plus cool. Sprint et jogging léger.

5 — La vie d’entrepreneur

Entrepreneur (photo par Shiromani Kant de Unsplash)

Qu’importe ce que vous faites. Pour faire une différence, vous devez trouver des clients. Et c’est une des grandes difficultés que je vois pour les entrepreneurs et encore plus pour ceux qui se vendent comme une marque personnelle.

C’est plus facile de faire du bruit autour de son produit que de soi-même.

Vous pouvez avoir un excellent service, être très bon, mais si personne ne le sait, ça ne fonctionnera pas.

La technologie permet aujourd’hui de multiplier son exposition. Mais il faut quand même prendre son courage et le faire. Sortir de sa zone de confort. En parler à son réseau. Créer du contenu.

La peur est souvent liée à de fausses croyances.

“Ce n’est pas moi.”
“Je ne sais pas me vendre.”
“Quand on me dit non, on me rejette.”

Si vous rêvez d’une autre vie, que l’entrepreneuriat en fait partie, attaquez vous à ces fausses croyances avant de faire tout ce qui est dans votre zone de confort.

Mais au final qu’importe ce que vous faîtes, salariat, entrepreneuriat, ou rien (FIRE puriste), assurez vous…

6 — D’être aligné

Si vous avez été dans le corporate, vous avez entendu cela partout.

“Notre mission, nos valeurs, nos objectifs.”

Et parfois, vous en gardez un goût amer. C’est relativement facile de les placarder au mur et plus difficile de les vivre.

Et c’est encore plus vrai dans nos vies. C’est facile de parler de la vie, et c’est difficile de la vivre.

Mais là vous n’avez plus d’excuses. Vous ne dépendez pas de votre boss, de votre entreprise. Vous êtes en charge. 😀

La majorité des gens ne le font pas.

Et c’est pour cela que les études qui suivent les gens en fin de vie arrivent souvent aux mêmes conclusions.

Dans le célèbre livre “The top five regrets of the dying”, l’auteur Ware Bronnie, qui s’occupait de patients dans les 12 dernières semaines de leur vie, a résumé les 5 regrets comme suit:

Il existe des tas de méthodes pour vous aider à faire un des exercices les plus importants de votre vie.

Mais aucune ne peut le faire pour vous. Il faut s’accorder du temps de réflexion.

J’aime l’approche simple mais complète de Marshall Goldsmith dans son livre “The Earned Life”.

Le triple A

Aspiration: mon pourquoi. Il n’y a pas de date de fin. En vous accordant du temps, vous le développez et l’affiner tout au long de votre vie.

Ambition: mes objectifs. Ils ont une date de fin. Et idéalement vont dans le sens de votre aspiration.

Action: ce que vous faites tous les jours. Sans réflexion, elles ont tendance à devenir une réponse automatique à toutes les demandes et distractions de nos journées. Sans s’en rendre compte, on finit par passer sa vie à les réaliser.

Si vous arrivez à gagner de la clarté sur ces trois axes et à dissocier votre bonheur du résultat, vous maximisez votre satisfaction et limitez vos regrets.

Je ne crois pas aux recettes miracle qui fonctionnent pour tout le monde, mais je crois que chacun peut en retirer quelque chose pour améliorer sa vie et préparer son FIRE :)

  1. Travaillez vos compétences soft (calme) et hard (vos finances) dans votre projet
  2. Créativité: créer les conditions (temps de réflexion) et observer la fleurir.
  3. Chaque période de vie est différente. Le temps de réflexion vous permet de comprendre et poursuivre vos envies. Une question: est-ce que je me vois faire cela encore longtemps?
  4. Alterner sprint et récupération. Sprint décidé ou subi ? Le premier est plus satisfaisant. Mais dans tous les cas, la période de récupération n’est pas un choix. Zapper là trop souvent et vous mettez en péril votre santé et vos relations avec les gens qui comptent.
  5. Le doux rêve d’entrepreneur: pour faire la différence, vous devez avoir des clients. En supposant que vous avez déjà une compétence qui a de la valeur. Travaillez d’abord sur vos fausses croyances avant d’attaquer le design de votre site web et vos cartes de visites.
  6. Le triple A: vous pouvez être salarié, entrepreneur, ou jeune retraité (Retire early) et vous sentir mal. Ce que vous faites est moins important que le sens que vous créer autour. Se passer de cette réflexion n’est pas une option.

Quoi que vous fassiez, mettez l’intention au cœur de vos actions.

Bonne route.

PS: pour ceux qui veulent toute l’histoire derrière ma retraite anticipée, c’est par là que cela se passe.


Commentaires MP sur l’indépendance financière de Dror

En lisant le texte de Dror, ça m’a d’abord rappelé ma review du livre “The ONE Thing” (le point 5), où l’auteur explique l’importance de l’équilibre entre vie privée (famille, sport, etc.) et vie “professionnelle” (projets perso, activités créatives, etc.)

Je plussoie donc son analyse de comment gérer ça, i.e. ne pas faire un sprint-marathon pendant 1 an en oubliant toute ta vie familiale!

L’autre point qui m’a interpellé en discutant préalablement avec Dror, c’est qu’en fait on semble vraiment tous être des entrepreneurs refoulés et peureux dans la communauté FIRE!

Comme j’écrivais:

Choisir le chemin du FIRE plutôt que celui de l’entrepreneur est donc plus un choix psychologique que financier.

Dror confirmait aussi ce point que l’indépendance financière libère ta créativité, et te laisse l’espace nécessaire pour tenter de nouvelles aventures entrepreneuriales 1.

Enfin, tout cet article m’a confirmé que le plus dur dans le mouvement FIRE, c’est la psychologie! Et je crois que de réduire progressivement mon temps de travail (comme j’ai commencé à le faire) va être ma façon de passer à la retraite anticipée.

Note à moi-même: je suis sûr qu’il existe des livres sur “comment bien appréhender sa retraire” mais je n’ai jamais googlé jusqu’ici, car c’était encore loin mais bon ça s’approche faudra que j’y songe!


Et toi, ça t’inspire quoi ce retour d’expérience FIRE?


Crédit photo en-tête: Bouvier Maxence, Stoos - Frontalpstock - Klingenstock


  1. Dror a tout son temps pour tester de nouveaux business ces derniers mois, dont le coaching basé sur ses 23 ans de dirigeant. Comme le courant est bien passé (c’est quelqu’un de posé, humble et honnête), j’ai accepté de lui filer un coup de pouce en parlant de ça ici. En échange, il propose aux lecteurs et lectrices MP intéressés ce qui suit:
    “J’offre aux cinq premiers arrivés une séance de coaching complète de deux heures en tête-à-tête avec moi. Voici la procédure à suivre.
    Envoie un courriel à dror@optionstogrow.com avec le titre “Je suis intéressé (via MP)”. Et une courte présentation de toi-même.
    Tu recevras ensuite un lien vers son agenda (pour les 5 premiers lecteurs uniquement donc) avec deux dates:
    - Première date: 20 min. Evaluer si on peut travailler ensemble (des deux côtés)
    - Deuxième date: 2 heures de coaching complet gratuit.” ↩︎

#FIRE #Suisse #psychologie #indépendance financière #entrepreneuriat
Livre 'Libre à 40 en Suisse' par Marc Pittet
4.57 (158)

Obtiens le livre

Tout le contenu de mon blog, structuré dans un guide unique.

Libère tes rêves >

Comme d'habitude, je n'écris et ne passe en revue que ce que j'utilise dans ma vie quotidienne ou ce en quoi j'ai confiance.

Merci de ta lecture!