Tom gagne jusqu'à CHF 1'500/mois de revenus complémentaires de ses deux passions (Petit boulot suisse #2)

Aujourd'hui, c'est Tom qui partage avec nous son activité complémentaire.

En fait, ses deux emplois complémentaires!

Il est fan du blog, originaire de Toronto, au Canada (😍!), et il vit maintenant dans le canton de Vaud et travaille comme enseignant.

Pour augmenter ses revenus dans l'espoir d'une retraite anticipée, il a pris deux emplois supplémentaires, l'un comme arbitre de hockey sur glace et l'autre comme professeur particulier.

En plus de son travail, Tom gagne entre CHF 800 et CHF 1500 par mois.

Voyons donc ce que nous pouvons apprendre de son expérience afin de générer nous-mêmes des revenus supplémentaires en Suisse aussi!

MP: Salut Tom! Bienvenue et merci d'avoir accepté de participer à cette interview. Peux-tu te présenter en deux ou trois phrases niveau démographie, célibataire ou famille, localisation?
Tom: Salut Marc! Bien sûr. Ça fait 10 ans que je travaille à l'étranger maintenant en tant qu'enseignant. Je suis originaire du Canada, et je vis maintenant dans le canton de Vaud avec ma femme et mon chien. Nous sommes en Suisse depuis 5 ans maintenant et nous espérons y rester encore longtemps, nous aimons cet endroit.

MP: Merci pour l'introduction. Alors, explique-nous: en quoi consistent concrètement tes deux petits boulots?
Tom: En tant qu'enseignant, je peux proposer mes services de professeur particulier et j'ai actuellement deux élèves qui ont besoin d'une aide supplémentaire en maths. Nous nous rencontrons deux à trois fois par semaine et je les aide à faire leurs devoirs ou à comprendre d'autres concepts qui leur posent problème.

J'arbitre également des matchs de hockey sur glace dans toute la région de Romandie (pré-COVID) dans la deuxième ligue de la SIHF.

Le slogan des arbitres suisses de hockey sur glace

MP: Sympa! Je ne vais pas te surprendre avec ma question suivante, puisqu'on est ici pour parler d'argent (!): pour chaque petit job, combien de francs suisses gagnes-tu par mois depuis que tu as commencé? Est-ce que ça a changé au fil des ans? Et tu penses que ça va continuer à augmenter à l'avenir?
Tom: Ce revenu n'est pas stable, et il est totalement saisonnier, ce qui me plaît.

Pendant les mois d'automne et d'hiver, il y a beaucoup de matchs de hockey et ils ont besoin d'arbitres. Je pourrais être occupé tous les soirs de la semaine si je le voulais, mais je peux établir mon propre horaire et je gagne généralement environ CHF 200 par match. Ça couvre certains frais de carburant et le temps que je passe à faire le trajet entre ma maison et la patinoire.

En outre, je ne donne des cours particuliers que lorsque les élèves sont à l'école et je peux facturer CHF 85 par heure pour ce service. Au total, j'ai probablement un revenu supplémentaire d'environ CHF 1'200 en moyenne de septembre à avril.

MP: C'est de sacrés petits jobs que tu as là! Félicitations!
Pour chaque activité complémentaire, peux-tu décrire quand dans ta vie tu as eu pour la première fois l'idée de devenir arbitre de hockey et prof particulier? Et comment ça t'es venu? Et aussi pourquoi (besoin de plus d'argent, besoin de voir autre chose que ton travail actuel, autre)?
Tom: J'ai commencé à arbitrer le hockey à 14 ans, et c'était uniquement pour avoir un revenu supplémentaire.

J'étais payé 15 dollars pour un match d'une heure et, à l'adolescence, c'était bien d'avoir de l'argent en plus.

En améliorant mes compétences d'arbitre, j'ai commencé à être mieux payé par match. J'ai continué à arbitrer à l'université pour gagner un peu plus d'argent.

J'ai aussi commencé à apprécier le fait d'être sur la glace à un autre titre que celui de joueur.

Et c'est aussi une profession très sociale, qui me permet de rester en forme!

Le tutorat est venu plus tard, et je n'ai commencé à le faire plus fréquemment que lorsque j'ai pu faire payer plus d'argent. Certaines personnes préfèrent engager un professeur expérimenté comme tuteur pour leur enfant et ce n'est qu'une fois que j'ai acquis plus d'expérience que j'ai commencé à obtenir plus de postes de tutorat.

MP: Du coup, pour chaque travail complémentaire, dis-nous comment tu as commencé, étape par étape, de l'idée à la première fois, et surtout en parallèle de tes études à l'époque!?
Tom : Là où j'ai grandi au Canada, il y avait toujours un besoin d'arbitres.

Je voulais gagner un peu d'argent supplémentaire, alors je me suis inscrit à un cours qui me permettait d'être assigné à des matchs. Chaque année, tu suis un cours de perfectionnement et tu t'inscris pour arbitrer à nouveau chaque année.

Puis, il y a dix ans, j'ai déménagé en Angleterre et j'ai contacté la ligue de hockey sur glace pour voir si elle avait besoin d'arbitres. Bien sûr, ils en avaient besoin, et le processus était très similaire à mon expérience au Canada. La seule différence, cette fois, c'est que j'ai dû conduire beaucoup plus loin et de l'autre côté de la route!

Lorsque j'ai déménagé en Suisse, la SIHF a été très accommodante pour moi et m'a permis d'entrer assez rapidement dans leur système d'arbitrage. J'ai commencé à arbitrer en 4e ligue et je suis maintenant arbitre en 2e ligue. Ici, on suit un cours annuel et on s'efforce toujours d'améliorer nos compétences en tant qu'officiels. On a des plateformes en ligne pour entrer nos disponibilités, et je peux être assigné à des matchs partout, de Genève à Fribourg en passant par Raron. Pour certains joueurs de hockey, la transition vers l'arbitrage est tout à fait naturelle et peut être un moyen pour beaucoup d'entre eux de poursuivre leur carrière de hockey à un autre titre.

Tom avant l'arbitrage lors d'un match à Lausanne

Quant au tutorat, j'ai commencé à le faire au lycée, gratuitement, parce que je ne savais pas si je voulais être professeur ou non.

J'ai passé un an à donner des cours particuliers à quelques étudiants et j'ai commencé à prendre tellement de plaisir à les aider que j'ai poursuivi mes études à l'université. Bien sûr, le tutorat s'intègre bien à l'enseignement; et dans chaque école où j'ai travaillé, ils ont réussi à mettre en relation des étudiants qui ont besoin d'une aide supplémentaire avec des professeurs qui sont prêts à donner des cours particuliers.

En général, on te demande tes disponibilités et tu conviens d'un moment pour te rencontrer.

Je suis prof de maths, il y a donc toujours des étudiants qui cherchent à obtenir une aide supplémentaire et il n'y a jamais de pénurie d'étudiants pour moi. Je dois généralement refuser des élèves parce que je suis trop occupé. Ça me convient également car je peux donner des cours particuliers aux élèves après le travail et dans ma classe, ce qui évite de perdre du temps entre mon horaire de travail et mon horaire de cours particuliers.

MP: Et à l'avenir, quelles sont tes prochaines étapes avec ces deux projets parallèles (les développer davantage, s'arrêter parce que ça te prend trop de temps, autre)?
Tom: J'aime vraiment travailler avec la SIHF et arbitrer le hockey. Ça devient parfois gênant quand j'ai d'autres choses à faire, ou quand on m'assigne un match à Genève un mercredi soir (plus de 4 heures en voiture pour CHF 200...)

Ce n'est pas vraiment une question d'argent, puisque nous ne sommes pas beaucoup payés, mais je ne le ferais certainement pas gratuitement.

J'aimerais bien arbitrer professionnellement, mais mon temps est passé, donc pour l'instant je vais continuer à faire des matchs tant que j'ai le temps. Je suis sûr qu'un jour je ne pourrai plus l'intégrer dans mon emploi du temps et que je devrai réduire le nombre de matches, mais je ne pense pas que j'abandonnerai complètement. Je veux rester en contact avec le jeu et redonner à la communauté du hockey qui a eu tant d'influence sur ma vie.

Le tutorat est également quelque chose que je continuerai à faire à l'avenir.

En ce moment, j'ai deux élèves et j'en suis très heureux. J'en ai eu plus dans le passé (quand j'économisais pour payer mon mariage), et c'est devenu trop pour moi.

C'est un travail agréable dans le sens où je peux ajouter des clients supplémentaires selon mes besoins et, si ça devient trop, je peux modifier mon emploi du temps en fonction de mes besoins personnels.

Je pense que dans les deux cas, la raison pour laquelle mes activités annexes fonctionnent aussi bien est que je peux choisir mon propre horaire et que je peux tout faire à mes propres conditions. Je n'ai pas besoin de m'engager à respecter certaines heures et je n'ai pas non plus besoin de rendre compte à un quelconque patron.

Tom lors d'une de ses séances de tutorat

D'une certaine manière, je suis un travailleur indépendant et je peux gagner autant ou aussi peu que je le souhaite.

Je pense que la clé pour essayer de gagner de l'argent en plus de ton travail est de trouver quelque chose qui te passionne et que tu sais faire, afin que tu puisses apprécier le temps supplémentaire que tu mets dans ce petit boulot.

Pour moi, l'arbitrage et le tutorat sont tous deux très gratifiants et la partie financière est un bonus supplémentaire.

Merci beaucoup Tom d'avoir partagé ton parcours inspirant. Continue à profiter de la liberté et de la flexibilité de ces deux activités accessoires, ainsi que du revenu mensuel supplémentaire que tu gagnes :)


Si tu y réfléchis: Tom gagne en moyenne CHF 1'150 par mois. Ça signifie que chaque année, il gagne CHF 13'800 supplémentaires. Et s'il investit cet argent au cours de la prochaine décennie, ça va ajouter CHF 215'915 supplémentaires à sa fortune nette!

Ça motive tout de suite à entreprendre quelque chose de similaire :)

Un autre élément implicite important que je voudrais souligner est ce que Tom a fait pour commencer ses deux activités accessoires: parler de sa volonté de bosser à côté de son travail. Comme je l'explique dans le chapitre 7 de mon livre, c'est l'une des clés pour voir les opportunités abonder. Ça peut sembler stupide, mais au moment où tu commences à parler de cette volonté de gagner de l'argent par le biais d'emplois supplémentaires, tes effets de réseau commencent à se démultiplier comme par enchantement.

Enfin, un autre fait intéressant de l'histoire de Tom est qu'elle confirme que la passion est créée par l'artisanat et le "deep work", et non l'inverse. Car lorsque tu analyses son parcours, tu constates qu'il a d'abord accepté le poste d'arbitre pour de l'argent, puis qu'il est devenu si bon dans ce métier que c'en est devenue une passion significative pour lui. Et c'est ce même cheminement pour le tutorat qui l'a conduit à son poste de professeur (en plus de son travail à ses côtés). Si tu souhaites en savoir plus à ce sujet, je te recommande vivement la lecture du livre "So Good They Can't Ignore You : Why Skills Trump Passion in the Quest for Work You Love" de Cal Newport.

Exercice

Si toi aussi, tu veux commencer à gagner plus de CHF en plus de ton salaire actuel, voici un petit exercice pour non seulement t'inspirer de l'histoire de Tom, mais aussi pour la mettre en pratique:

  1. Dresse la liste des compétences que tu possèdes déjà (grâce à ton travail ou à ta passion) sur un morceau de papier
  2. Fais un brainstorming pour savoir qui pourrait avoir besoin de ces services en dehors de tes clients professionnels actuels
  3. Ensuite, parles à au moins 10 personnes en dehors de ton cercle familial proche (via n'importe quel canal comme ton app favorite de messagerie, Facebook, LinkedIn, etc.)
  4. Dis-leur quelque chose comme "Écoute, je suis actuellement ouvert aux opportunités de petits boulots sur la base de mes compétences actuelles xyz, est-ce que toi ou quelqu'un de ton réseau aurait besoin de tels services?"
  5. Laisse la beauté des effets de réseau se produire (tout en continuant à parler à tes 10 prochains contacts la semaine suivante!)
  6. Contacte-moi dès que tu auras gagné tes premiers francs suisses de revenus supplémentaires afin que je puisse t'interviewer toi aussi!

Enfin, si tu es toi aussi intéressé à participer à cette série de "Comment gagner de l'argent en complément de salaire via un petit boulot en Suisse?", alors tu peux me contacter via l'email suivant: contact [at] mustachianpost.com


MON LIVRE "LIBRE À 40 ANS EN SUISSE"

"Tes articles sont géniaux MP, mais y'en a tellement que je ne sais pas par où commencer pour atteindre ma liberté financière. Tu me conseillerais quoi?"

Après 1 an de travail intense, voici ma réponse condensée en un seul endroit:

 4.53 (135 évaluations)


COMMENCE MAINTENANT

* Ces produits et services sont des partenaires d'affiliation du blog. Si tu cliques dessus, tu ne remarqueras aucune différence, mais le blog gagnera une petite commission et je t'en remercie sincèrement.



ACCEDER A DU CONTENU EXCLUSIF?

"Ne jamais mettre de la pub sur le blog ni le forum" est un de mes principes directeurs depuis le début de l'aventure Mustachian Post. A la place, je favorise cette alternative "win-win" Patreon qui te donne accès à du contenu exclusif :


Commentaires

Commentaires gérés grâce à Disqus