De la pauvreté à un taux d'épargne de plus de 50% avec le lecteur de longue date "1000000CHF" (Ton histoire #1)

Voici la première histoire d'un des membres de la Team MP. Bienvenue à un lecteur de longue date, également connu comme le célèbre membre du forum MP 1000000CHF !

J'espère que son parcours t'inspirera.


1000000CHF : Je suis né dans la pauvreté à la fin des années 80 dans la Pologne communiste. Ce n'est pas une déclaration inhabituelle car la plupart des personnes nées à cette époque en Pologne vivaient dans la pauvreté. Le communisme était en faillite et la situation était si mauvaise que les communistes ont volontairement donné le pouvoir à l'opposition démocratique dans un contrat qui garantissait aux responsables du parti que personne n'irait en prison pour des crimes communistes.

Je suis né et j'ai vécu mes 4 premières années dans un bâtiment comme ça (il n'y avait pas de toilettes à l'intérieur et il y avait des escargots sur les murs, et partout les rats couraient)

La transformation économique qui a suivi dans les années 90 a été très dure. La plupart des usines ont fait faillite et ont été fermées. De nouvelles entreprises ont été ouvertes, mais le processus d'adaptation a été lent. L'inflation était très élevée et le chômage encore plus élevé. Beaucoup de gens ont dû changer de profession ou même partir à l'étranger pour gagner leur vie. Mon père a dû partir aussi.

Lorsque le gouvernement a appliqué des mesures spéciales pour lutter contre l'inflation, le salaire de mon père était inférieur au loyer mensuel. Cela signifiait que chaque mois, nous vivions avec de l'argent emprunté. Le choix était soit de retourner "en prison" où je suis né et où mes parents vivaient avant les années 90, soit de partir à l'étranger pour gagner de l'argent et épargner. Cela a eu un impact énorme sur la psyché de mon père — il a été ultra frugal toute sa vie. Mon père a travaillé comme peintre de maisons en bois pendant deux ans en Suède. Entre-temps, la situation économique en Pologne s'est stabilisée. Les revenus ont commencé à augmenter, l'inflation était normale, le chômage était toujours élevé, mais pas à Varsovie. Les grandes villes étaient des enclaves de prospérité dans une mer de misère. Ma mère a suivi une formation complémentaire et elle a réussi à obtenir un bon emploi de comptable à Varsovie. À partir de ce moment-là, nous avons fait partie de la nouvelle classe moyenne polonaise.

J'ai vécu la majeure partie de mon adolescence dans cet immeuble

La plupart de mes souvenirs d'enfance se rapportent à cette époque. Nous étions une famille financièrement moyenne. Ni pauvre ni riche. Selon les normes occidentales, ce serait encore pauvre, mais selon les normes polonaises, c'était correct. Mes parents ont lentement accumulé leur richesse année après année, et comme ils ne savaient pas comment investir (et d'ailleurs, même s'ils le savaient, investir en actions était incroyablement cher et via des fonds activement gérés dans les grandes banques — c'est encore souvent 3.5% de TER), ils ont construit une maison à la place. Cela a pris de nombreuses années et ils ont fini juste au moment où j'allais étudier à l'université dans une autre ville (d'ailleurs, j'étais la deuxième personne de ma famille élargie à aller à l'université et aucun de mes amis du quartier n'y est entré).

J'ai commencé à étudier l'informatique dans une des villes polonaises les plus pauvres, dans une des pires universités publiques. À cette époque, une chance merveilleuse m'est arrivée qui a changé ma vie pour toujours. J'ai rencontré ma future femme. Elle m'a "réparé" de tant de façons que je ne peux même pas l'expliquer. Tout d'abord, son amour m'a guéri d'une légère dépression dont j'ai souffert pendant toute mon enfance et mon adolescence. Deuxièmement, elle m'a fait arrêter de boire et de fumer. Troisièmement, elle m'a motivé à étudier. Après un an d'informatique, j'ai décidé de suivre une autre formation en parallèle, la gestion d'entreprise. Le niveau universitaire n'était pas très élevé (en particulier pour les majeures en anglais que j'ai suivies). Je suis devenu un étudiant moyen et j'ai finalement terminé ces deux majeures avec des notes décentes.

Les vestiges de l'ancienne usine qui a fondé la ville où j'ai grandi

Pendant ces années, mes parents m'envoyaient un virement bancaire mensuel pour le loyer et les dépenses courantes. J'étais très mauvais pour le gérer. Souvent, je dépensais trop pour des choses stupides (comme la restauration rapide) et puis je devais emprunter de l'argent pour payer le loyer ou acheter de la nourriture. Ou alors j'appelais mes parents et je trouvais une excuse idiote pour demander plus d'argent. Cela arrivait tout le temps, presque tous les mois. Il m'a fallu tant d'années pour changer mes habitudes de dépenses, c'est incroyable.

Après mon diplôme, j'ai déménagé à Varsovie et j'ai commencé à travailler tout en terminant ma maîtrise en informatique en étudiant le week-end dans une université privée coûteuse. Ma première négociation salariale fut une blague. J'étais tellement stressé que j'aurais pu bosser pour n'importe quel montant. Alors, évidemment, ils m'ont donné le salaire le plus bas possible (CHF 500). Après deux ou trois ans, j'ai réalisé que je m'étais fait avoir et j'ai décidé de négocier une augmentation. Cela n'a pas très bien fonctionné, alors j'ai décidé de changer de travail — j'ai plus que doublé mon salaire. Depuis, je change d'emploi au moins tous les deux ans. Je continue à croire que c'est le moyen le plus simple d'obtenir la meilleure augmentation de salaire possible.

Après un an, une autre opportunité s'est présentée. Je rendais visite à un ami à Genève qui travaillait au CERN en tant que physicien. Il m'a suggéré d'y postuler en tant qu'ingénieur système car ils avaient des tonnes de serveurs à gérer et il y avait des postes à court terme ouverts pratiquement chaque année. J'ai décidé de tenter ma chance et j'ai atterri au Centre de contrôle du CERN — où j'ai géré les serveurs qui font fonctionner, entre autres, le Grand collisionneur de hadrons. Au CERN, je recevais 4kCHF net par mois et c'était une énorme somme d'argent pour moi. J'économisais environ +1kCHF par mois.

Du CERN, j'ai déménagé à Zoug pour travailler dans une banque FinTech et j'ai ensuite continué à travailler dans l'industrie FinTech à Zurich. À Zoug, j'ai doublé mon salaire du CERN — quand j'ai entendu parler pour la première fois des salaires suisses par un recruteur, je n'en revenais pas. Et je pensais que je gagnais déjà beaucoup d'argent au CERN...

C'est à peu près à cette époque que j'ai découvert le blog de MP en faisant des recherches sur les options du 3e pilier.

J'ai tout de suite accroché.

Et depuis lors, j'ai commencé à économiser 50% de mon salaire (~4kCHF par mois). C'est à la même période que mon fils est né, mais comme j'étais tellement discipliné (devrais-je dire "obsédé" ^^) par l'épargne, cela n'a rien changé à ma situation financière. De plus, comme j'avais deux personnes à charge, le canton de Zoug a réduit mon taux d'imposition à 2%, ce qui était inférieur aux allocations familiales (CHF 300). Donc, en gros, on me payait mes impôts.

Je travaille ici aujourd'hui — i.e. dans la ville de Zürich

Après quelques années, j'ai de nouveau changé d'emploi pour travailler dans le même domaine et la même industrie à Zurich, et je suis passé à 80% tout en gardant le même salaire. Entre-temps, ma femme a commencé à travailler et notre fils a commencé à fréquenter le jardin d'enfants. On y a été un peu plus molo ensuite concernant les économies et notre taux d'épargne est tombé à 40% (ce qui représente toujours ~4kCHF de nos salaires combinés).

MP : Wow, plutôt inspirant pour la première histoire de notre série ! Merci de partager ta vie si ouvertement avec nous 1000000CHF.
Mais prenons un peu de recul. Pourrais-tu nous en dire un peu plus sur ton état d'esprit financier et ta vie avant de tomber dans le monde du Mustachianisme et FIRE sur le blog MP ?

1000000CHF : Eh bien, je dépensais tout ce que je gagnais. Mon changement de comportement a été amorcé lorsque j'ai ouvert un compte d'épargne où je transférais automatiquement une partie de mon salaire chaque mois en 2011 (lorsque j'ai commencé mon premier vrai emploi).

À l'époque, ma fortune nette était encore nulle. Au bout de quatre ans, nous avons réussi à accumuler avec ma femme environ 40k PLN (~10kCHF) et avons décidé de nous concentrer sur l'épargne pour des fonds propres pour un prêt hypothécaire.

En 2015, j'ai quitté Varsovie pour m'installer dans une petite ville de France près de Genève, et j'ai commencé à travailler comme externe au CERN (pour un salaire net de 4kCHF). Cela nous a permis d'augmenter nos économies. J'ai vécu en France pendant un an dans l'appartement le plus miteux que j'ai pu trouver (ce n'était pas un problème pour moi à l'époque, car je ne faisais que dormir là). Je ne vivais pas frugalement mais j'ai quand même réussi à économiser un peu.

Au CERN, j'ai travaillé comme support informatique pour ces gars

En mai 2016, j'ai déménagé de France à Zoug et mes économies étaient égales à 188kPLN (~47kCHF). À Zoug, j'ai eu un salaire encore meilleur (8.5kCHF par mois brut) et j'ai eu la chance de trouver un appartement bon marché (1.5kCHF par mois).

Zoug, un célèbre paradis fiscal, m'a également accordé un taux d'imposition incroyablement bas — pour autant que je me souvienne ~2.5% (qui est tombé à 2% après la naissance de mon fils). En un an, j'ai réussi à accumuler 280kPLN (~70kCHF). À ce moment-là, nous étions sur le point d'acheter un petit appartement en dehors de Varsovie en cash. Nous avons décidé de rester en Suisse un peu plus longtemps et d'économiser pour un meilleur appartement (et plus proche de Varsovie). Cela nécessiterait au moins 100kPLN supplémentaires (~25kCHF).

Pendant longtemps, j'ai pensé à investir, mais je n'ai pas trouvé de source d'information fiable en polonais. En Pologne, les offres d'investissement sont très limitées et les connaissances sur l'investissement sont encore plus limitées. Je m'en tenais donc essentiellement aux dépôts à terme. En Suisse, j'ai appris à connaître le 3ème pilier et j'ai réalisé que je devais commencer à investir pour ma retraite.

Actuellement, je vis ici — i.e. à Zoug

Je suis allé à ma banque (UBS) et j'ai demandé une offre.

J'ai décidé de faire une petite recherche sur Google pour la comparer avec d'autres banques. C'est ainsi que j'ai découvert "Mustachian Post" et la philosophie Mustachian.

MP : En fait, je devrais remercier l'UBS pour son mauvais travail :D
Alors, dis-nous ce qui s'est passé après, et comment ta Mustache a commencé à pousser.

1000000CHF : Eh bien, j'ai vite appris que le 3ème pilier de l'UBS était (et est toujours !) une grosse blague, et j'ai ouvert un compte 3ème pilier à la LUKB (il n'y avait pas de VIAC à l'époque).

La deuxième étape consistait à prendre au sérieux l'épargne et l'investissement. J'ai commencé à établir mon budget avec ferveur et j'ai ouvert un compte Cornèrtrader et j'ai commencé à investir dans le fonds iShares Core MSCI World UCITS ETF (SWDA) ETF coté à la bourse SIX en USD. Grâce à @hedgehog, je me suis rendu compte que les taux de change de Cornèrtrader (alias CT) n'avaient aucun sens et je suis passé à l'ETF VT chez Interactive Brokers. Depuis, j'ai ajouté l'ETF KBA pour couvrir le marché intérieur chinois et je continue à investir dans ces deux fonds. Plus tard, je suis passé de LUKB à VIAC et j'ai fermé CT car ils ont introduit de nouveaux frais.

Le Mustachianisme a également accéléré ma passion pour l'apprentissage de la finance.

Depuis, j'ai lu des dizaines de livres (mes préférés étant : "A Random Walk Down Wall Street" de Burton Malkiel et "A Wealth of Common Sense" de Ben Carlson) et j'ai commencé à suivre et à lire des centaines de blogs sur à propos du mouvement FIRE, les finances personnelles et les investissements (mes préférés : "The Shockingly Simple Math Behind Early Retirement" de MMM et "Stock series" de J. L. Collins).

Et je garde le cap — comme nous l'a appris le Saint de Wall Street, John C. Bogle.

Je pense que la meilleure façon d'illustrer les changements avant/après avoir découvert ton blog est de montrer comment mes taux d'épargne ont évolué au cours de l'année 2017 :

  • Janvier : -74% (j'ai acheté une voiture)
  • Février : 22%
  • Mars : 28%
  • Avril : 33% (j'ai appris l'existence de ton blog)
  • Mai : 50%
  • Juin : 58%
  • Juillet : 55%
  • Août : 58%
  • Septembre : 47%
  • Octobre : 53%
  • Novembre : 47%
  • Décembre : 64%

En d'autres termes, ton blog m'a fait repenser mon mode de vie et, par conséquence, m'a fait doubler mes économies mensuelles.

MP : Wow ! Si j'ai besoin d'un coup de boost pour continuer avec le blog à un moment donné, la liste ci-dessus est la première chose auprès de laquelle je viendrais me ressourcer !

En d'autres termes, ton blog m'a fait repenser mon mode de vie et, par conséquence, m'a fait doubler mes économies mensuelles.1000000CHF

1000000CHF : Quand je t'ai dit que tu avais eu un impact sur ma vie, ce n'était pas une blague mon pote ! En fait, si je n'étais pas tombé sur ton blog, je me serais contenté du 3ème pilier merdique de l'UBS et j'aurais lentement économisé (~20-25%) pour mon appartement à Varsovie. Qu'est-ce que je ferais après ça ? Qui sait, peut-être que je me renseignerais sur les options d'investissement traditionnelles (comme l'achat d'un appartement à louer) après ça. C'est difficile à dire, mais une chose est sûre, j'économiserais beaucoup moins que je ne pourrais le faire et je continuerais à avoir peur et à ne pas être informé sur les investissements en bourse.

MP: Et donc, quelles sont tes prochaines étapes ? FIRE ? Rester en Suisse pour le reste de ta vie, ou retourner à Varsovie ?

1000000CHF : Nous n'en sommes pas encore sûrs. Pour l'instant, nous voulons continuer à épargner et à investir jusqu'à ce que mon fils approche de l'âge scolaire (il reste encore 4 ans). Après cela, nous devrons décider si nous voulons rester en Suisse pendant les 15 prochaines années ou retourner en Pologne, car nous ne voulons pas revenir au milieu de l'éducation de mon fils et de son adolescence. J'ai personnellement constaté à quel point il peut être difficile de grandir et que la stabilité dans ces années difficiles est payante.

Cela dépend également de la manière dont nous nous intégrerons en Suisse. Personnellement, je suis très heureux de mon travail et j'aime passer du temps avec mes amis suisses, mais ma femme n'en est qu'au début de son intégration — elle travaille actuellement dans un endroit vraiment pas top (en raison des obstacles bureaucratiques imposés par le gouvernement aux immigrants titulaires de diplômes médicaux), et elle ne s'est pas fait d'amis suisses, même si elle parle couramment l'allemand et est très ouverte d'esprit. Si sa situation ne change pas, nous reviendrons plus tôt que prévu.

Il est certain que nous allons prendre notre retraite FIRE en dehors de la Suisse — principalement en raison du coût de la vie prohibitif. Très probablement en Pologne — car ma femme aimerait retourner à Varsovie à l'avenir, mais j'espère que j'arriverai à la convaincre de passer au moins les mois d'automne et d'hiver quelque part dans la région méditerranéenne. À ce stade, nos enfants devraient être grands et nous "travaillerons" pour le plaisir et le lien social, et non plus pour l'argent.

Cette idée me garde motiver à continuer à épargner et à investir.

MP: Merci encore 1000000CHF pour avoir partagé ton parcours, et j'espère que ton avenir sera aussi brillant que ce que tu as réalisé jusqu'à présent !


Si tu souhaites toi aussi partager ton parcours inspirant avec les membres de la Team MP, envoie-moi un email à contact [at] mustachianpost.com


COMMENCE MAINTENANT

* Ces produits et services sont des partenaires d'affiliation du blog. Si tu cliques dessus, tu ne remarqueras aucune différence, mais le blog gagnera une petite commission et je t'en remercie sincèrement.



ACCEDER A DU CONTENU EXCLUSIF ?

"Ne jamais mettre de la pub sur le blog ni le forum" est un de mes principes directeurs depuis le début de l'aventure Mustachian Post. A la place, je favorise cette alternative "win-win" Patreon qui te donne accès à du contenu exclusif :


Commentaires

Commentaires gérés grâce à Disqus